Docteur Médéric MOREL

« J’aime le look naturel du botox et du comblement. La condition pour que ce soit réussit : une grande expertise et une connaissance exceptionnelle de l’anatomie. Ce n’est pas donné à tout le monde ! Et les chirurgiens sont bien placés pour le savoir… »

Docteur Médéric MOREL

INJECTION :

DÉFINITION ET OBJECTIFS

Il existe 2 grandes classes de produits injectables utilisés dans le rajeunissement du visage :


Les produits qui visent à relaxer les muscles qui sont la cause des rides d’expression : il s’agit de l’injection de Botox (injection de toxine botulique) commercialisée sous différents noms commerciaux (Botox, Vistabel…) Schématiquement ces produits sont utilisés pour le haut du visage.

Les injections de comblement, qui permettent d’amener du volume là où il manque. Le plus connu est le comblement à l’acide hyaluronique. On l’utilise fréquemment pour combler les sillons naso-géniens (de l’aile du nez jusque vers le coin de la bouche), les plis d’amertume (du coin de la bouche vers le bas du visage), les rides péribuccales (plissé solaire), l’ourlet de la bouche, le repulpage de lèvres, les cernes creux, la ride du lion, les pommettes et toute zone creusée.

PRINCIPES

Les principes des injections de produits permettant le rajeunissement ou l’embellissement du visage sont différents dans les 2 grandes classes de produits :


La toxine botulique agit en relaxant certains muscles très précis qui causent par leurs contractions volontaires ou involontaires des plissements de la peau. Ces plissements répétés finissent par marquer profondément la peau et par causer des rides. En relaxant le muscle (sans le paralyser) la ride diminue et cela permet de préserver le capital jeunesse de la peau. Le but est autant d’améliorer une situation que d’obtenir un rôle de prévention de la ride pour retarder son apparition. C’est la raison pour laquelle les praticiens proposent l’injection des rides au botox y compris pour des patient(e)s jeunes.

L’acide hyaluronique est un produit que le corps humain est capable de fabriquer. Son principe est de capter de l’eau autour de lui. Nous utilisons le comblement des rides avec l’acide hyaluronique fabriqué en laboratoire et parfaitement sécurisé. Son pouvoir est plus ou moins volumateur en fonction des zones traitées. Comme pour la toxine botulique le principe est autant de traiter la ride lorsqu’elle est là que d’embellir le visage en modifiant naturellement ses contours (ourlet de bouche, pommettes).

AVANT
LE GESTE
(15 minutes au cabinet)

Il est important d’avoir rencontré le praticien avant qu'il réalise le geste et d’avoir pu poser toutes les questions que l’on souhaitait.

APRÈS
LE GESTE

Pour la toxine botulique, chaque point d’injection est le siège d’une petite rougeur pendant 20 minutes. Le résultat commencera à se voir une semaine après le geste et sera optimal 15 jours après. Le praticien est parfois amené à vous revoir pour évaluer le résultat. Aucun traitement n’est nécessaire étant donné qu’il ne laisse pas de marque. Le résultat tient 3 à 4 mois pour la première fois, puis 4 à 7 mois en entretien.

Pour l’acide hyaluronique, un léger œdème peut-être perceptible pendant une semaine. Il est plus palpable que visible. Une ecchymose peut-être visible pendant 3 à 5 jours. Il est fréquent d’associer un traitement homéopathique pour limiter ce problème. Le résultat tient 8 à 16 mois en fonction des patient(e)s et de la localisation traitée.

QUESTIONS

Est-ce dangereux ?

Non. Pour la toxine botulique, nous avons environ 30 ans de recul de traitement de maladies neuromusculaires à des doses plus importantes que celles utilisées en esthétique. Pour l’acide hyaluronique, il s’agit d’une substance que nous avons déjà à l’état normal dans le corps.

Le visage est-il différent ?

Oui, mais dans le bon sens du terme puisque cela permet d’avoir un air plus jeune ou plus reposé. Il donne de la « fraîcheur» et de « l’éclat » au visage. Quoi qu’il en soit la priorité est au naturel et lorsque le geste est bien fait personne ne peut le suspecter.

Quand peut-on reprendre ses activités sociales ?

Sauf si l’on « marque » facilement (ecchymose), il n’y a aucune exclusion sociale à prévoir.

Quid de l’acide botulique ?

Cela n’existe pas ! c’est un abus de langage qui ne correspond à rien, contraction des célèbres « acide hyaluronique » et « toxine botulique ».